t- e ni hтm-are of·`a c ty (2016)

Horrible et merveilleux et horrible. Et merveilleux.

Choke (2018)

Le ton narquois et menaçant de la narration contraste avec les textes placardés aux murs, collés aux décors. La personne qui joue est simultanément rejetée et retenue. Plus encore que le couloir sans fin, c'est cette tension claustrophobique qui fait l'âme du jeu.

Ramble (2018)

Les décors, inspirés de la peinture à l'aquarelle, sont malheureusement assez illisibles.

September 1999 (2018)

L'effet found footage est tellement déstabilisant et prenant ; qu'il n'ait pas encore fait irruption dans les grosses franchises horrifiques montre bien l'apport créatif essentiel des développeurs indépendants.

PIXEL ISLANDS (2018)

Le walking simulator en 64*36 pixels que personne, et surtout pas mes yeux, ne demandait.

Exit 19 (2016)

Exploration désolée dans un désert funeste.

a Museum of Dubious Splendors (2017)

Du détournement indien, moderne et inattendu, amusant et mystique.

The Way of Yiji (2014)

La recherche esthétique est chouette, mais les objectifs imprécis et la mobilité minimale tendent à gâcher l'expérience.

Menagerie (2015)

Pas compris comment générer les interactions. Dommage.

DISCO / DISCOMFORT (2016)

Un peu trop court pour vraiment partager le malaise des espaces trop publics ; on sent bien toutefois, par rapport aux attitudes des NPC, une aliénation qui rappelle Off-Peak et The Norwood Suite.

Myst (1993)

Vingt-cinq ans après, le plaisir des puzzles reste intact. La 3D pré-calculée affecte à peine mon appréciation, ce qui revient à dire que les rendus en temps réel, quoique tenus pour acquis en 2019, ne sont pas indispensables au genre. La conclusion est assez anticlimactic, mais autrement le jeu a comblé mes attentes qui, au regard de sa réputation, n'étaient pas insignifiantes. C'est toujours un plaisir, en ce qui …

Crypt of the NecroDancer (2015)

Banging your head against a wall, in rhythm, for 2 months. PB Aria - 13:52:30 PB Dorian - 7:39:41 PB Melody - 8:58:73

JUMPGRID (2019)

Fluide et plaisant, JUMPGRID laisse aussi une impression d'inachevé : avec des interactions rapides et une musique pareille, j'aurais voulu y trouver un jeu de rythme, sauf que le morceau s'use peu à peu, et que le timing n'est en fait un enjeu que dans les ultimes tableaux. Mais puisque la fin arrive avant que les mécanismes ne soient éventés, ça n'est pas si grave.

Night in the Woods (2017)

Le désenchantement américain post-industriel à travers les yeux écarquillés d'une dropout de 20 ans en mal de soutien psychiatrique, sur fond d'enquête mystérieuse et d'horreur cosmique. Kentucky Route Zero meets Twitter. Les sentiments passent un peu par les décors, beaucoup par les dialogues : les personnages sont bien mis en relief, mais sur la durée, cette interaction polyphonique m'a un peu usée. Par contre la …

Kairo (2012)

Environmental storytelling with a disagreeable environment, a dull story, and obfuscated telling. No bulky bombastic architecture nor grainy colors could save it. Useless collectibles made it even more tedious. The coffee-drinking dinosaur serving as a secret ending is rather telling about the arbitrariness of it all. Really unfortunate.

The Norwood Suite (2017)

Dans The Norwood Suite, Cosmo D parvient à aiguiller ses idées surréalistes et foisonnantes afin qu'elles composent, non seulement un univers décalé et cohérent, mais aussi une intrigue à tiroirs assez complexe. Les conversations espionnées ou recueillies auprès des occupant·e·s du Norwood Hotel retracent en mosaïque le portrait d'un musicien excentrique ; ses compositions d'avant-garde aux pouvoirs ésotériques impr…

Wonders Between Dunes (2017)

Je me retrouve avec la même impression globale que face à Fugue in Void : la direction artistique est ambitieuse, mais le design du jeu déçoit. Par design, j'entends à la fois les mécaniques et les intentions. En guise de fil d'Ariane, une série de sphères lumineuses guide la traversée des espaces monumentaux assemblés par Moshe Linke. Sauf que tout écart se termine en cul-de-sac, et aucune prise d'initiative n'a…

Chrono Trigger (1995)

Il faut que je me rende à l'évidence : je n'ai pas tenu plus d'une heure devant ce RPG légendaire, et trois mois après, je n'ai toujours aucune envie d'y revenir.

Rime (2017)

L'ivresse de l'errance, qui laisse subrepticement sa place à la mélancolie de la solitude. Les mécaniques sont imparfaites, mais l'exploration méditerranéenne est enchanteresse.

how to be a blackbird (2014)

Un beau poème Twine, à la découverte de la ville, à la découverte de soi.